Quiddité partagée du destin de Gaston David OBILI: un ouvrage de Thierry Cyriaque OBILI.

I- Biographie de l’auteur :

Thierry Cyriaque OBILI est né à Brazaville, en République du Congo. Il est expert enquêteur, chef de projets et cadre supérieur à Énergie Électrique du Congo (E2C). Quiddité partagée du destin de Gaston David OBILI est son premier ouvrage.

II- Présentation de l’œuvre :

Quiddité partagée du destin de Gaston David OBILI est un essai historique qui rend hommage à Gaston David OBILI, à titre anthume. En parallèle, cet essai fait la promotion de la culture mbochi des terroirs Koyo-Ngaré-Makoua du département de la Cuvette.

Paru en décembre 2021 aux éditions Les impliqués, Congo Brazaville, cet essai préfacé par Ange Pascal ANDJEMBO compte deux grandes parties animées par neuf (9) chapitres et étalées sur 181 pages.

Monsieur Gaston David OBILI est né vers 1940. C’est un citoyen congolais, père de famille, ancien Inspecteur général des PTT, Parlementaire, homme politique. Il est fils d’Ongagna M’Otomba et de Somboko. Il est issu d’une lignée de plusieurs enfants dont il est le benjamin. (p15)

III- Critique de l’ouvrage Quiddité partagée du destin de Gaston David OBILI :

En découvrant les premières pages de cet essai, on se rend compte de l’écriture autobiographique de l’auteur. Une écriture fascinante d’un fils dont le désir ardent est d’honorer son père. Cette notion d’honneur s’étend jusqu’à sa culture ancestrale dont il est amoureux. Il le déclare à l’introduction du livre en ces termes :

<<Ces lignes ne sont pas seulement un serment sentimental d’un fils à un père, mais aussi et surtout un outil utile de la société congolaise tout entière sur les portées d’une contemplation abodjienne¹>> (p16)

Sur la page 19, l’auteur qualifie ce livre de prestige familial. Sans doute parce que l’on peut considérer l’auteur comme un précurseur des lettres d’honneur au patriarche d’une grande famille. Précurseur aussi par rapport au désir de porter à la connaissance des congolais en particulier, et du monde en général, les valeurs ancestrales issues de la culture mbochi, des terroirs Koyo-Ngaré-Makoua, dont il est originaire.

A- Les thèmes développés dans cet essai historique :

Dans cet ouvrage, Thierry Cyriaque OBILI, un fils en admiration du caractère hors pair de son père, traite parrallèlement une thématique qui se révèle comme une recherche pointilleuse des caractéristiques qui font vivre ou peuvent ressusciter l’essence de la culture ancestrale mbochi, cas de la Cuvette.

Les thèmes développés dans cet essai se présentent comme suit :

  • Première partie : du chapitre I au chapitre IV (p37 au p104).

L’auteur nous plonge dans la quintessence des us et coutumes koyo. Cette première partie de l’essai est une invitation à naviguer sur l’intelligence et la sagesse des sociétés Koyo-Ngaré. Ainsi, l’auteur nous conduit, entre autres, à l’exploration de ces thèmes : l’éducation chez les koyo-ngaré, leur culture du vivre-ensemble, l’organisation initiatique du Twêré « Kinda »², les attributions d’Omangui, Mwêné, Obela et Twêré, les réalités culturelles dans les milieux koyo; l’initiation, les attributs et les funérailles d’un Kani³; le mariage coutumier en « terre » Mbochi (koyo-ngaré), etc.

Au sortir de la première partie de cet essai, on peut déjà s’estimer riche de savoir sur la société koyo-ngaré. L’auteur donne des pistes claires qui nous permet de se situer sur les écoles initiatiques ou les sociétés mystiques qui existent chez les koyo-ngaré telles que: Ottoté⁴, Okéta⁵, Koutou⁶ et celles des femmes appelées par Etsengui⁷ et Emagna⁸.

  • Deuxième partie : du chapitre X au chapitre VX (p105 à 171).

Dans cette partie, l’auteur nous emmène à la découverte du parcours de vie de Gaston David OBILI, son père. D’une pierre deux coups, nous faisons aussi la découverte de l’histoire politique et socio-culturelle de notre pays dans le temps et dans l’espace koyo-ngaré. Ainsi, l’auteur nous expose des thèmes originaux tels que: les rapports de force entre le Moyen-Congo et la France coloniale, le rapport historique existant entre le destin de G. D. OBILI et les temps forts de l’histoire du Congo, etc.

La deuxième partie de cet essai situe G. D. OBILI dans l’histoire socio-politique et culturelle du Congo. Son parcours scolaire, universitaire, professionnel et politique est digne d’un grand homme.

B- Le style d’écriture de l’auteur :

Thierry Cyriaque OBILI fait son entrée dans le monde de la littérature en signant ce premier ouvrage Quiddité partagée du destin de Gaston David OBILI. Parce que les paroles s’envolent et les écrits restent, il est compté parmi les auteurs congolais aujourd’hui par amour pour son père.

Vénérable sénateur de son état, ce patriarche familial et national, ce monsieur aux multiples facettes m’a fasciné jusqu’au jour où j’ai décidé de rassembler quelques bribes décrits, ébauche certaine de ce qui deviendrait ce livre. (p13)

Le style d’écriture de T. C. OBILI laisse entrevoir beaucoup de sensibilité et la pureté de l’âme d’un enfant du Congo curieux sur ses origines. Avec pleins d’émotions, il n’hésite pas à louer son père à cœur joyeux (p31-p35). On peut constater que l’auteur a pu narrer tous ses sentiments à l’endroit de son père d’une façon particulière.

Avec une plume plein d’encre, il n’a pas manqué des mots pour raconter aux lecteurs l’essence de ses racines (Koyo-Ngaré-Makoua) et la singularité du personnage précieux de sa vie qu’est son père G. D. OBILI, un Twêré du village d’Abondji. On comprend donc que, dans cet essai, toutes les thématiques s’inspirent de la personnalité de son père.

C- Le sens du titre Quiddité partagée du destin de Gaston David OBILI :

En philosophie, le mot quiddité fait référence à l’essence d’un objet, c’est-à-dire sa qualité essentielle, son être propre. Partant, lorsque l’auteur choisit pour titre Quiddité partagée du destin de Gaston David OBILI, on peut croire que son but est de montrer le côté exceptionnel de la personnalité de son père, G. D. OBILI. Celui-ci ayant vécu l’histoire de son pays, non pas comme spectateur mais acteur social, politique et culturel. Ayant plusieurs flèches à son arc depuis sa naissance, être orphelin ne l’a pas empêché à se fixer des objectifs pour réussir brillamment dans la vie par l’effort personnel. En effet, le destin de G. D. OBILI a une quiddité partagée dans le sens où, en tant qu’une personnalité excellente et influente, il a su exploiter son potentiel humain en portant merveilleusement bien plusieurs casquettes dans la société. C’est ce qui fait de lui ce qu’il est aujourd’hui.

Le titre de cet essai fait aussi référence à l’héritage multidimentionnel que le patriarche G. D. OBILI a su bâtir pour sa descendance. L’auteur prend le soin de citer cette descendance sur les pages 166 et 167. Aujourd’hui, ce patriarche est un modèle pour toute la nation congolaise.

D- Le message de Thierry Cyriaque OBILI :

À travers cet essai historique et autobiographique, l’auteur a voulu faire passer deux messages :

– Premièrement : il avoue à son père tout l’amour et l’admiration qu’il lui porte. Cet ouvrage s’avère être une oraison à titre anthume (p29) pour briser l’habitude de l’oraison à titre posthume. Comme quoi, l’auteur nous apprend à honorer nos parents, notamment un père ou une mère nous ayant inspiré, pendant qu’il ou elle est en vie.

– Deuxièmement : il exprime son désir de pérenniser et de promouvoir la culture mbochi. Ce qu’il ne peut pas faire seul. On peut voir, entre les lignes de cet essai, un appel à tous les dignitaires du département de la Cuvette pour travailler au rayonnement de leur culture. Cela montrera assurément un exemple à d’autres cultures propres à chaque autre partie de la République du Congo.

III- Avis personnel sur le livre :

Ce livre qui mérite une attention particulière des autorités congolaises et de tous les chercheurs est une pépite d’or pour la littérature scientifique du Congo.

C’est un livre qui va au delà du désir d’honorer son père et de parler de ses origines. En effet, l’auteur laisse entrevoir une ambition panafricaine qui est celle de promouvoir les valeurs ancestrales de l’Afrique face au reste du monde.

Cet essai, bien qu’étant riche, présente quelques défauts qui laissent croire que l’auteur pouvait faire mieux en gardant patience dans ce travail méticuleux qui l’invitait déjà à la bonne pratique des règles de l’art littéraire. En effet, en parcourant le livre, on rencontre une redondance d’idées qui fait ressentir la routine au lecteur. Ce qui est peut-être utile à la précision de la pensée de l’auteur.

Sans nul doute, on peut croire que la plume de Thierry Cyriaque OBILI est la promesse d’une littérature futuriste plaçant au cœur de la société africaine la quiddité de l’ensemble de la culture ancestrale propre à la République du Congo.

Cet essai est en lui-même une quiddité africaine qui fait penser au son Bokoko de l’artiste musicien Roga-Roga. Comme quoi, le retour aux sources est impératif pour ne pas se perdre dans le feu de la mondialisation. Qui dira le contraire ?

IV- Références :

1- Abodjienne est un néologisme de l’auteur pour citer son village Abondji.

2- Le Twêré « Kinda » : un initié de l’académie mystique Otwêré.

3- Kani : dans la notabilité koyo, un Kani est avant tout un Twêré. C’est un notable.

4- Ottoté: la justice.

5- Okéta: la société des jumeaux.

6- Koutou: société agraire, destinée à la reproduction et la fructification des cultures.

7- Etsengui: panthère.

8- Emagna: serpent mère.

Prix du livre : 19€, soit 12.000 Fcfa.

La jeune fleur 🙂

4 réflexions sur “Quiddité partagée du destin de Gaston David OBILI: un ouvrage de Thierry Cyriaque OBILI.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *